Usage intensif du digital et préconisations chez les cadres

Une étude récente sur l' usage intensif des TIC et enjeux psychosociaux chez les cadres a été réalisé par Cindy Felio, psychologue et chercheuse en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Bordeaux. Dans cet article, vous trouverez quelques unes de ses conclusions, et des propos issues d'un interview et d'un autre post rédigé sur un blog dédié à la detox numérique.

Cindy a choisi d'orienter son étude en direction des cadres car cette catégorie semble la plus exposée à cette reconfiguration du travail puisqu'elle est la plus équipée en dispositifs nomades. Sous forme d'entretien type " récit de vie" sur 32 cadres pour connaître et analyser leur histoire avec ses dispositifs, interviews réitérées un an plus tard pour identifier de possibles changements face au TIC.

Risques engendrés par l'utilisation du digital dans un cadre professionnel:

Les résultats de cette chercheuse donnent à penser que l'usage du digital est un médiateur de risques psychosociaux au travail. Les problématiques organisationnelles, collectives et individuelles seraient relayées par l'usage professionnel des TIC.

Selon elle, la source du problème seraient davantage à chercher du côté de l'organisation du travail ( horaires, coordination, répartition des activités) plutôt que de remettre en cause le dispositif ( notamment le courrier électronique).

Stratégies de faire-face aux risques psychosociaux:

Pour faire face à l'ouverture et la continutié permanente permises par les outils nomades, les stratégies adoptées par les cadres sont de plusieurs types.
Négociation avec les proches pour définir précisément la place des TIC, contrôle des sollicitations au gré des besoins, ou encore véritable déconnexion pour se ressourcer dans des loisirs et se consacrer pleinement à leurs proches.

Préconnisations sur la difficulté de conciler travail et hors travail:

Cindy Félio invite en premier lieu les cadres à considérer les problématiques au temps de travail d'un point de vue organisationnel, à  questionner les récurrences du travail en débordement notamment.

Elle propose aussi une communication claire de l'entreprise sur ce qui est attendu des salariés équipés de TIC mobiles. Parce que la technologie mobile est un aspect plus sournois, plus pressurisante pour les salariés équipés qui peuvent culpabiliser à l'idée de se déconnecter.

Elle conseille aussi aux sujets souffrant de stimuli excessifs émanant de leurs smartphones professionnels dans leur vie privé d'expérimenter le filtrage des appels, voire de deconnexion totale de quelques heures. Afin de se rendre compte que rien de rationnel n'explique ce comportement d'hyperconnexion!  Ou peut-être pour se rassurer? Pour affirmer sa position, pour être plus reconnu?

Parce que en effet, les TIC questionnent l'individu dans sa globalité, son rapport au travail et sa personnalité.

Voir tout l'article ICI.

 

 

 

No related posts.

Comments are closed.